Millenary Répétition minutes à remontage manuel
avec échappement Audemars Piguet





L’indication sonore de l’heure, imaginée pour « lire » l’heure dans le noir à une époque où l’électricité n’existait pas, est la complication la plus ancienne qui soit. Audemars Piguet en a fait un élément de son identité profonde, réalisant des répétitions minutes et des grandes sonneries dès sa fondation en 1875. Le nouveau modèle Millenary Répétition minutes s’inscrit dans cette longue tradition. Cette pièce exceptionnelle, au boîtier ovale et à l’architecture tridimensionnelle, laisse voir l’essentiel de son mécanisme raffiné : nouvel échappement AP, double spiral, marteaux et timbres de la sonnerie. Un pur régal pour l’œil.





Dans la lignée des montres d’exception

Puisant ses fondements dans le savoir-faire ancestral d’Audemars Piguet, la nouvelle Millenary Répétition minutes vient enrichir une collection tout à la fois classique et architecturale comptant déjà les modèles d’exception que sont Tradition d’Excellence N° 5, MC12, Seconde morte et Carbon One. Proposant les fonctions heures, minutes, petite seconde et répétition minutes avec un système d’armage spécialement développé pour son Calibre 2910 à remontage manuel, la Millenary Répétition minutes est, tout comme ses devancières, un concentré de savoir-faire, de technicité et de matériaux novateurs. Sa boîte ovale en titane sert de scène atypique à un spectacle de toute beauté : les cadrans en or disposés de manière excentrée invitent l’œil à une plongée dans les secrets du mécanisme. L’échappement AP, le double spiral, mais aussi les marteaux et les timbres de la sonnerie deviennent ainsi les acteurs principaux d’une pièce en trois dimensions.





La sonnerie est la complication la plus ancienne qui soit. A la fin du XVe siècle déjà, on signale des montres de poche sonnant les heures au passage. Les mécanismes de répétition des quarts, avec sonnerie des heures et des quarts à la demande, apparaissent à la fin du XVIIe siècle. Ces montres à mémoire mécanique, permettant à l’époque de connaître l’heure dans le noir, sont aujourd’hui l’une des plus grandes démonstrations de savoir-faire horloger, et l’apanage de quelques rares manufactures.

Une complication dans l’ADN de la marque

Lors de sa fondation en 1875, Audemars Piguet réalise déjà des répétitions minutes et des grandes sonneries. Elle y ajoute au fil du temps d’autres complications, comme un quantième perpétuel et un chronographe dès 1882, additionnées encore d’une indication de la réserve de marche dès 1885. Sa grande expérience lui permet ainsi de réaliser en 1892 la première montre-bracelet à répétition minutes. Un chef-d’œuvre de miniaturisation qui inscrit à jamais cette complication dans l’ADN de la marque. A tel point qu’à la fin des années 1980, alors qu’il n’existe plus d’étude sur ces montres tombées en désuétude, elle est l’une des premières manufactures à ressusciter le genre.





La nouvelle Millenary Répétition minutes s’inscrit dans cette longue tradition, tout en adoptant les dernières avancées technologiques développées par Audemars Piguet, à commencer par le nouvel échappement AP. Essentiel à la bonne marche de la montre, l’échappement permet de séquencer l’énergie linéaire transmise par le barillet. S’inspirant d’un mécanisme créé à la fin du XVIIIe siècle par l’horloger Robin, Audemars Piguet a développé un nouveau système qui allie le haut rendement d’un échappement à impulsion directe à la sécurité d’un échappement à ancre suisse. Les horlogers du Brassus sont ainsi parvenus à diminuer les pertes d’énergie et à se passer de lubrification sur les levées. Une avancée technique majeure qui améliore la chronométrie, la stabilité à long terme et la résistance aux chocs.





Dispositif sophistiqué

Imaginé, mis au point et produit par Audemars Piguet, le nouveau Calibre 2910 à remontage manuel de la Millenary Répétition minutes se distingue également par une construction atypique de l’organe régulateur. Ce dernier est composé non pas d’un spiral, mais de deux spiraux placés l’un sur l’autre en position inversée de 180°. Ce système de double spiral plat en opposition présente de nombreux avantages. Il assure une auto-compensation des éventuels défauts d’équilibrage, et permet de renoncer aux «courbes terminales» des spiraux dits «Breguet», toujours très délicates à réaliser. De plus, il supprime les imprécisions dues à la position verticale de la montre sans devoir recourir à un dispositif aussi sophistiqué que le tourbillon. Toutes ces particularités permettent un réglage plus en finesse du balancier-spiral, qui bat à une fréquence de 21 600 alternances par heure.





Les deux barillets du mouvement assurent une réserve de marche exceptionnelle de sept jours. Un troisième barillet dévolu à la sonnerie est quant à lui deux fois et demie plus grand que d’ordinaire, améliore la régularité de la note. Enfin, au titre des éléments de sécurité, la Millenary Répétition minutes est dotée d’un stop balancier pour une mise à l’heure à la seconde près. Le nouveau système d’armage dispose lui aussi d’un élément de sécurité qui empêche la mise à l’heure de la montre lors du fonctionnement de la sonnerie afin de rendre impossible toute mauvaise manipulation.

Architecture tridimensionnelle dynamique

Pareils raffinements mécaniques ne pouvaient mériter autre chose que des finitions hors du commun. De forme ovale Millenary, le boîtier en titane brossé – matériau offrant une excellente résonnance - est auréolé d’une lunette en titane poli. Les différents organes y prennent place, à peine cachés par le cadran en or de couleur anthracite des heures et des minutes – excentré à 3h – et celui de la petite seconde à 7h. Un soin tout particulier a été apporté aux anglages polis à la main, aux coins rentrants et aux perlages concentriques. Le mouvement est en outre décoré de « Côtes de Genève » horizontales. Autant de détails visibles par la partie supérieure comme par le fond transparent du boîtier qui mettent en valeur une architecture tridimensionnelle particulièrement dynamique.

Par les performances et la technologie qu’elle déploie, la Millenary Répétition minutes d’Audemars Piguet apporte une nouvelle contribution décisive à l’historique de cette collection.






Données techniques
Référence 26371TI.OO.D002CR.01
Edition limitée de 8 pièces

Mouvement
Calibre manufacture 2910
Heures/Minutes décentrées vers 3h, secondes décentrés à 7h
Tige de remontoir à 3 positions
Targette: déclenchement répétition minutes à 7h
Dimensions du mouvement (LxH): 37,90 x 32,90 mm
Dimensions d 'encageage (LxH): 37,00 x 32,00 mm
Hauteur totale du mouvement : 10,05 mm
Echappement AP à impulsion directe
Balancier à masselottes à inertie variable
Diamètre du balancier: 11.90 mm
Double spiral plat
Réserve de marche : 165 heures
Fréquence: 21’600 Alt/h (3Hz)
Nombres de composants : 443 pièces
Rubis: 40 pierres
Finition: décoration manuelle de tous les composants : anglage fait main, coins rentrants, colimaçonnage, traits tirés, décoration « Côtes de Genève » horizontales et perlage sur la platine.

Boîtier
Boîtier ovale en titane
Dimensions (LxH) : 47 x 42 mm
Epaisseur : 15.79 mm
Fond saphir
Non étanche

Cadran
Cadran anthracite, chiffres romains appliques en or rose, compteur petite seconde argenté

Bracelet
Bracelet cousu main en crocodile noir « à grande écaille carrée » avec boucle déployante AP
en titane

Fonction
Heures, minutes, petite seconde, répétition minutes