Subtile association de matières et de volumes soulignant une élégance sportive masculine.
Des lignes puissantes, une silhouette affirmée, résolument contemporaine et immédiatement reconnaissable : voilà tout l’esprit des nouvelles SW dévoilées par Jaquet Droz. Imposantes et légères, à la fois masculines et raffinées, ces nouveaux garde-temps proposent une allure subtilement revisitée, à l’image du contraste entre le brossé vertical du cadran et celui, circulaire, de la lunette laissant se refléter la lumière : une première. Avec leurs volumes minutieusement architecturés, leurs jeux de matières, notamment de poli et de satiné à retrouver sur des bracelets inédits, et leur lunette cannelée, ces modèles de 45 mm de diamètre jouent la carte de la puissance et de l’équilibre. Cette équation est magnifiée par la parfaite symétrie des plaquettes situées au centre du cadran et reliant les griffes de chaque côté de la boîte. Enfin, le dialogue entre chiffres romains et arabes se fond dans l’entrecroisement des deux compteurs dessinant un 8, symbole d’infinité et code historique cher à Jaquet Droz. 


Mais Jaquet Droz va plus loin encore, ses designers ayant consacré à ces modèles des attentions toutes particulières. La SW invite le bicolore, en associant l’or rouge à l’acier, tandis que la version tout acier cultive le goût de l’éclat monochrome. Réalisés avec trois maillons partiellement ajourés dans la continuité du design des cornes, les bracelets en acier sont dotés de vis faisant écho à celles du boîtier, tandis que les matières affirment leur caractère sportif grâce au caoutchouc, à retrouver sur le surmoulage de la couronne de remontage, et au traitement Super-LumiNova sur la pointe des aiguilles. Ces deux modèles sont également disponibles sur un bracelet en tissu noir rembordé main avec boucle déployante en acier. Semblables et différentes à la fois, trouvant leurs racines dans l’histoire pour mieux conquérir le présent, ces nouvelles SW cultivent un même esprit de famille : celui de l’excellence de tous les instants.


« Some watches tell time, some tell a story »