Avoir l 'opportunité, dans la vie d 'un passionné d 'horlogerie indépendante, d 'infiltrer le mystère MB&F, est un privilège qui ne peut se refuser. Cette jeune marque, MB&F (Maximilian Büsser and Friends), a su se démarquer, depuis sa création il y a maintenant 6 ans, par le rendez-vous quasi-annuel qu 'elle a su nous fixer par la révélation de ses différentes "Machines ".


Mais de qui parlons-nous, au juste?


Tout d 'abord de Maximilian Büsser, diplômé de l 'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, puis responsable Produit et Ventes/Marketing chez Jaeger-LeCoultre dans les années 90, cet homme a réussi à redynamiser la belle Endormie qu 'était Harry Winston (Division Horlogerie) en tant que Directeur Général. Pour redonner du sang neuf à cette marque, Max a l 'idée de donner chaque année carte blanche à des horlogers indépendants géniaux. Vous connaissez la suite, le Concept Opus voit le jour, et celui-ci nous offrira systématiquement des pépites horlogères hors du commun. F-P Journe, Félix Baumgartner, notre ami Vianney Halter, Christophe Claret ou le duo Greubel et Forsey, excusez du peu, ont grossi les rangs du Marché Opus.


 


A titre informatif, Maximilian Büsser aura contribué aux cinq premières Opus (F-P Journe, Antoine Prezuiso, Vianney Halter, Christophe Claret, et Félix Baumgartner).

Max travaille donc - déjà - avec des amis, mais se sent toujours à l 'étroit dans cette grande maison qu 'est Harry Winston Rare Timepieces, nourrissant sa colère à l 'encontre de l 'immobilisme de ce secteur. Il veut aborder l 'horlogerie sous un autre angle, se nourrissant de défis techniques, de passion, d 'audace et d 'amitiés.

L 'idée qui le travaille depuis longtemps se fait enfin jour en Juillet 2005, lorsqu 'il crée MB&F (Maximilian Büsser and Friends). Pour ce faire, il se tourne naturellement vers… ses amis.
Effectivement, outre une équipe permanente d 'une dizaine de personnes que nous détaillerons par la suite, chaque projet de MB&F s 'articule systématiquement autour de la collaboration avec des génies horlogers, et des spécialistes en savoir-faire spécifiques. Mais cette histoire est aussi influencée par des rencontres avec des artistes indépendants, dans de nombreux domaines culturels. Et toutes ces implications viennent nourrir la liste des Friends ayant contribué à cette formidable aventure.

Mais la création d 'une entité horlogère telle que MB&F ne se fait pas sans difficulté. Les quelques (mais néanmoins nombreux) deniers que Max Büsser a placé pour lancer l 'affaire s 'annonçant insuffisants, l 'homme est allé lui-même pré-vendre ses créations (alors pas encore fabriquées) auprès d 'amis-détaillants de confiance, en leur présentant un prototype sommaire au cadran imprimé sur papier!

Les capitaux de départ étant rassemblés, la marque lance son premier OVNI Horloger : la Horological Machine No.1, en 2007. Un modèle à l 'architecture et aux proportions aux antipodes de tout ce qui a déjà été vu dans l 'Horlogerie, point de vue Indépendants compris. C 'est l 'ami Peter Speake-Marin qui se met au travail et fédère ses propres relations autour de ce projet fou. Réussite immédiate.

La suite est désormais connue de tous : chaque année, MB&F nous gratifie de projets hallucinants, que ce soit par leur design, leurs process de fabrication, leur mode d 'affichage… Toujours à contre pied de notre imagination, de grandes gifles pour les esthètes que nous sommes, mais aussi un poil à gratter pour les bien pensants de l 'Horlogerie actuelle. Ici, point de partenariats avec des sportifs, pas de pseudo-exploits, pas de jet set, ni de montre qu 'on achète pour sa descendance… Chez MB&F on parle pêle-mêle de battes de baseball criblées de clous et décorées de jolis papillons, de saphirs taillés d 'une seule pièce durant plus de 4 semaines, du Fairchild A-10 "tueur de chars ", de Porsche 911 2.8l RSR, de chouettes serties, de la difficulté de déporter l 'affichage sur 2 cadrans perpendiculaires au mouvement, de Jules Verne, de Goldorak et de son incontournable Astéro-Hache (devenue emblème de la marque et masse oscillante officielle), ou encore de lévitation du balancier au dessus du cadran…

 

 






MB&F, comme stipulé plus haut, c 'est avant tout une ossature permanente, associant le savoir-faire de vrais spécialistes dans leur domaine respectif.


 

Maximilian Büsser



Créateur de la marque, initiateur de tous les modèles, chargé de la création.



Serge Kriknoff



Associé arrivé en 2008, directeur de la production
Chargé de la conception technique et de la production
Ex-directeur général de G&F Châtelain.



Didier Dumas



Horloger, chef de l’atelier
Responsable de l 'assemblage et du contrôle qualité, consultant lors des phases de conception des nouveaux modèles



Georges Veisy



Horloger



Alexandre Bonnet



Horloger



David Lamy



Responsable Logistique (Coordination, planification et gestion de la logistique liée à la production)



Charris Yadigaroglou (Notre hote)



Directeur de la communication (Relations Presse, Community Management, Trade Marketing)



Virginie Meylan



Responsable Trade Marketing (outils de communication et promotion : imprimés, PLV, site internet, salons, etc.)



Céline Cammalleri



Administration des ventes



Isabelle Boutantin



Manager, MB&F M.A.D.Gallery



La discussion avec ces passionnés est des plus instructives. On découvre par exemple que le plus gros challenge de MB&F n 'est pas de vendre ses machines horlogères hors du commun (Maximilian nous avouait sa surprise sur ce sujet) : c 'est plutôt de leur donner vie ! C 'est d 'amener des partenaires ciblés à collaborer sur des projets très innovants, complexes, pour des volumes de production très faibles. Le défi technique avant le chiffre, en somme.







La passion communicative de Max, alliée aux compétences techniques de Serge leur permettent de déplacer des montagnes, d 'étendre leur réseau d 'amis, de proposer des objets sublimes, d 'une immense technicité, d 'une incroyable audace. Que ce soient les boîtiers, les mouvements, les modes d 'affichage, l 'adhésion de vos deux envoyés spéciaux est totale.

Même leurs écrins sont absolument géniaux, ici une soucoupe volante, là une manette de gaz d 'avion… A titre d 'exemple, lors du développement de la HM4 unique ornée d 'un Panda à cheval sur les réacteurs façon Podracer de Star Wars (destinée à la vente aux enchères caritative annuelle Only Watch), MB&F a poussé le détail jusqu 'à fabriquer un écrin spécifique, lardé de coups de griffes, comme si le fameux Panda essayait d 'ouvrir la boîte pour récupérer son bien ! Des coffrets qui, au lieu d 'être rangés au fond d 'un placard (avouez que vous ne vous servez pas des vôtres!), seront plutôt fièrement exposés à la vue de tous, telles des œuvres d 'art.



















En parlant d 'écrin et d 'art justement, MB&F vient de créer un lieu lui permettant d 'exposer son univers et ses créations : The MB&F M.A.D. Galery, M.A.D. pour Mechanical Art Devices. Fraîchement inaugurée, pas vraiment une galerie d 'art, pas le flagship de la marque non plus, mais l 'idéal compromis, en adéquation avec la philosophie de l 'enseigne… Nous avons donc affaire à un très beau lieu, moderne et contrasté, dans une rue tranquille de Genève, au milieu de boutiques de Design, de High-End, dans ce quartier pour esthètes.









Dans cette galerie, sont bien sûr exposées les Horological et maintenant Legacy Machines, mais aussi d 'autres objets : sculptures, lampes, robots, des œuvres choisies par Max, fruit de rencontres avec des artistes singuliers. Tous ces objets sont une partie de l 'univers de MB&F et s 'y intègrent comme les morceaux d 'un tout. Telles ces lampes, inspirées de la Science Fiction des années 50, conçues et fabriquées de A à Z par Frank Buchwald, graphiste/designer allemand, travaillant dans le fond de son atelier mal chauffé. Dans les projets de la galerie, l 'intégration dans la vitrine d 'un robot à forme humaine, capable d 'interagir avec le passant, ou encore l 'arrivée prochaine de motos improbables fabriquées dans un coin perdu du Japon par un créateur jusqu 'auboutiste. Le mur du fond est couvert d 'une toile exposant le portrait de tous les Friends, de la place étant prévue pour les prochains... Tout, dans la galerie MAD, est en phase avec la philosophie de MB&F. C 'est un lieu d 'exposition et d 'échanges pour les amis de la marque.

















Passons maintenant aux ateliers situés à deux pas de la galerie. La traversée d 'une terrasse nous mène vers une maisonnette, un chalet de montagne en plein quartier historique de Genève, posé au-dessus d 'une taverne. Un lieu absolument improbable, de quelques dizaines de mètres-carrés, où se déroule l 'aventure MB&F, en plein déménagement lors de notre visite.







Ici, pas de strass, pas de salon d 'exposition, pas d 'énergie gaspillée pour les apparences. On va à l 'essentiel, et on s 'amuse, en visitant, à reconstituer les influences de MB&F à travers quelques objets déposés ça et là…







Les horlogers sont au nombre de 3, dans une pièce minuscule. Didier, Georges, et Alexandre sont occupés à travailler les pièces exceptionnelles MB&F (des Horological et Legacy Machines, mais aussi la fameuse Jwlry Machine, HM3 designée par Boucheron). Ils nous accordent pourtant quelques minutes pour papoter avec nous, nous montrer leur outillage, les mouvements avant montage, mais aussi pour nous évoquer leur quotidien.













A notre question concernant la spécialisation de chaque horloger sur tel ou tel modèle, Georges nous explique, le sourire aux lèvres, qu 'il vaut mieux que chacun sache tout faire, dans le cas où l 'un d 'entre eux décèderait… Trait d 'humour noir, jeté dans la conversation, qui détend évidemment l 'atmosphère.


Devant leur simplicité, on aurait tendance à oublier à quel point ces horlogers sont talentueux.

































A la délicate question du SAV, Didier nous explique que, vu le faible taux de retour, ils n 'ont pas trop de travail, celui-ci passant toutefois en priorité… On peut les croire, à voir l 'hallucinante finition de leurs montres, et le soin employé à leur assemblage.





Après un déjeuner très agréable, arrosé d 'un petit verre de Graves, nous repassons à la galerie MAD avec en vue, l 'immense privilège de pouvoir photographier tous les modèles de la gamme. Le but n 'est pas d 'aligner les superlatifs, les clichés parleront d 'eux-mêmes. Tout, absolument tout, est à tomber à la renverse. Chaque vis (à empreinte spécifique), chaque traitement de surface (conservé avec le traitement PVD), chaque agencement, tout est sublime. Nous sommes devenus des inconditionnels. A la question cruciale : "Laquelle ? ", une seule réponse possible : "TOUTES ! ". Toutes racontent une histoire, décrivent un Univers, dévoilent leurs influences, et toutes sont différentes, avec à chaque fois ce même pincement au coeur quand il s 'agit de les restituer…

La HM1, dévoilée en 2006, est un véritable jalon dans l 'histoire de l 'Horlogerie Indépendante, avec son architecture en "Huit Horizontal ", dévoilant les indications Heure-Minutes, séparées par un Tourbillon. Les codes MB&F, si on peut les considérer comme tels, sont déjà là : un boitier, un affichage et des proportions inédits, et un composant mécanique reprenant la forme de l 'Astéro-Hache (ici la masse oscillante déportée), clin d 'oeil au manga Goldorak, belle illustration de la fantaisie de ses créateurs.









































La HM2, en 2008, reprend l 'architecture horizontale de la 1, mais en modifie la forme, (rectangulaire, cette fois) ainsi que son double affichage. D 'un coté, la date rétrograde et une phase de lune double hémisphère. De l 'autre, une association Heure Sautante/Minute Rétrograde du meilleur effet. Au verso, l 'Astéro-Hache Oscillante est toujours là, mais au centre cette fois-ci. Disponible en association de métaux précieux, la HM2 s 'est vue offrir une transparence inattendue par le biais d 'une édition finale recouverte d 'un somptueux verre saphir laissant entrevoir la complexité de la belle, et le contrastant joint d 'étanchéité de couleur, ayant pour une première fois, un rôle esthétique.

















































































MB&F crée une nouvelle fois la surprise, en 2009, avec la HM3, au boitier original influencé par les vaisseaux spatiaux de Science-Fiction. Disponible en deux modes d 'affichage (vertical ou horizontal), répondant aux doux noms de Sidewinder et Starcruiser, cette pièce présente la particularité d 'offrir à l 'utilisateur la vision de l 'indication horaire, mais aussi celle du mouvement coté Astéro-Hache oscillante. L 'affichage prend la forme de deux dômes fixes (heures et minutes), autour desquels tournent des aiguilles indiquant les informations respectives. Cette HM3, outre cette configuration "standard " (standard étant un mot difficile à utiliser chez MB&F), s 'est vue décliné en version "Rebel ", intégralement noire, destinée à être portée au poignet droit, mais aussi en version dite "Frog ". Ici, ce sont les dômes qui tournent sous des magnifiques demi-globes de saphir (tels des yeux de grenouille) comportant un index indiquant l 'information. Une série limitée en PVD noir, avec une masse oscillante en PVD vert, insiste encore sur la métaphore batracienne.






















































































Que pouvait donc nous réserver MB&F en 2010? De l 'audace, bien sûr, encore, toujours, plus que jamais ! Avec la HM4 "Thunderbolt ", MB&F se rapproche du domaine de l 'aviation, en s 'inspirant des nacelles de réacteurs du cocasse chasseur Fairchild A-10 tueur de chars. Fonctionnellement, cette pièce indique les heures et les minutes, ainsi que la réserve de marche. Mais la complexité est technique, car ces informations sont réparties sur 2 mini-cadrans dissociés, mais également perpendiculaires au mouvement. De plus, chaque cadran est prolongé par un corps fuselé tel une tuyère, et terminé par une couronne. Ainsi, chaque manipulation a sa couronne, une pour le réglage, et l 'autre pour le remontage. Avec une telle configuration, le calibre présente une architecture complexe, pour transmettre le mouvement aux afficheurs déportés. Bien sûr, l 'Astéro-Hache est toujours présente, mais remplit cette fois-ci la fonction de pont du mouvement.


















































































La Legacy Machine, en 2011, a pris tout le monde à contre-pied. Quel raisonnement à poussé MB&F à sortir une montre ronde, avec un mouvement décoré à l 'ancienne, en maillechort ? Selon Max Büsser, la LM1 est sa vision de l 'Horlogerie s 'il était né un siècle plus tôt, s 'il avait sorti cette pièce en 1911, en s 'inspirant, en lieu et place des Goldorak et autres vaisseaux de Star Wars, des univers de Jules Verne et Gustave Eiffel. L 'architecture du mouvement définie, Jean-François Mojon qui est approché pour en assurer la conception. Kari Voutilainen, lui, est sollicité de part sa grande expérience en horlogerie historique et traditionnelle, pour définir une esthétique et des finitions en accord avec le début du 20ème siècle. Ce calibre, justement, si simple en apparence, possède des caractéristiques incroyables. En effet, il présente la capacité, à partir d 'un seul mouvement, de pouvoir régler heures ET minutes indépendamment pour chaque fuseau horaire indiqué par son cadran. Ensuite, Kari prend le parti de disposer le système d 'échappement coté cadran, en sublimant le tout par un balancier à l 'oscillation lente (18000 alt/h), flottant au-dessus des cadrans, sous ce saphir d 'un bombé touchant au divin… Et la sublime décoration du mouvement réalise l 'exploit de nous faire oublier l 'absence du balancier côté calibre! Magique!




















































































Vous l 'avez compris dans ce compte-rendu : après une telle journée, faite de rencontres et d 'émerveillements, nous sommes tombés amoureux. Non pas d 'une marque, qui s 'apparente plus à un concept, d 'ailleurs, mais plutôt d 'une bande d 'amis, capables de réussir l 'impossible, en se préoccupant des conventions à peu près autant que de leurs premiers souliers… Capables de mêler les idées les plus folles à la plus grande rigueur, de soulever des montagnes par les défis qu 'ils proposent, le tout pour créer des objets d 'une beauté époustouflante, d 'une audace inédite dans ce milieu. Le tout dans la plus grande simplicité.

On a vraiment envie de devenir un des "F " de MB&F.





Encore mille mercis à Maximilian Büsser, à Charris Yadigaroglou, et à toute l 'équipe MB&F pour leur accueil et leur disponibilité.

Textes et Photos : Frédéric Dru et Olivier Gilo, pour Passion Horlogère

Photos M.A.D. Gallery (vue extérieure), et Equipe MB&F (visuel Friends) :
www.mbandf.com

http://www.mbandf.com/
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


For people so fond of Independent Horology, Being given the
opportunity to be initiated to the MB&F mistery is a privilege no one could
refuse. Since it has been created 6 years ago, this young brand have managed to
distinguish themselves through their annual rendez-vous with the public,
introducing their different “machines”.

But who exactly are we talking
about?

First of all, Maximilian Büsser. Graduated from Lausanne’s Federal
Polytechnical school, then sales and marketing manager at Jaeger Lecoultre in
the 90’s, Maximilian managed to revitalize a sleeping beauty: Harry Winston
(horological division), as the general manager of the branch. In order to input
fresh blood to the brand, Max had a great idea: give brilliant independent
watchmakers carte blanche, to create their own dreamwatch. On a yearly basis,
the OPUS concept is stille delivering amazing masterpieces, thanks to F.P.
Journe, Felix Baumgartner, our friend Vianney Halter, Christophe Claret, Greubel
and Forsey…








For information, Maximilian Büsser was at the genesis
of the five first Opus (with F.P. Journe, Antoine Prezuiso, Vianney Halter,
Christophe Claret and Felix Baumgartner).

At that time, Max was already
working with his friends, but still felt a bit cramped at Harry Winston Rare
Timepieces. He nourished his anger against the status quo of the industry. Max
wanted to approach horology through another angle, through technical challenges,
temerity, passion and friendship.

This obsessive idea motivated Max to
create MB&F, in July 2005. For his creation, he relied obviously on… his
friends!

In fact, along with a 10 people permanent team (which we will
introduce further on), each MB&F project is systematically based on a strong
teamwork with master watchmakers and great specialists. But this history is also
influenced by independent artists, met by Max in very various areas. All these
implications, influences and collaborations extend the list of the Friends,
making this adventure possible.

Turning such a concept into a business
activity is not an obvious thing… For example, despite his personal investments,
Max had to pre-sell his creations (not yet built) to reliable distributors; all
he could present was a prototype with a paper printed dial, and the distributors
trusted his capacity to execute!

In 2007, as soon as the financial
capital was gathered, the brand launched its first horological UFO: the
Horological Machine #1. Its architecture and proportions were diametrically
opposed to any existing watch, even from an independent standard. At the brink
of disaster (their subscontractor was unable to realize the caliber), Max called
on Peter Speake Marin, who immediately decided to help his friend, involving his
own partners. At last, the watch was released, and it was an immediate
success.

We all know the rest of the story: every year, MB&F offers
us amazing projects, by their design, their manufacturing process, their
information display… Always overwhelming our imagination, some incredible shocks
for the aesthetes, but also annoying for the traditional watch makers and
lovers… MB&F are not exploiting the usual marketing tools; no partnership
with sportsmen or entertainers, no fake exploration or accomplishment, no jet
set ambassadors, no watch customers should be buying for their progeny... In
fact, what we are talking about here is baseball bats pierced with nails and
painted with butterflies, about sapphires carved for four weeks in one single
process, about the Fairchild A-10 Thunderbolt, about a Porsche 2.8 RSR, about a
crimped owl, about the technical challenge of creating perpendicular remote
display counters, about Jules Verne, about Grendizer (Goldorak) and its double
harken-Astero Hache, turned into a symbol of the brand and the model for the
watch rotors, about a balance wheel levitating above a
dial…








As
we said earlier, MB&F is first of all a permanent team, associating talent
and expertise at every level.


Maximilian Büsser

Founder & Chief Creative Officer

Serge
Kriknoff

Partner & Chief Operating Officer. Ex General
Manager at G&F Chatelain.

Didier Dumas

Watchmaker, workshop manager, in charge of the
quality controls, consultant during the new models design phase

Georges
Veisy

Watchmaker

Alexandre Bonnet

Watchmaker

David Lamy

Logistics manager, coordinates, plans and manages
the logistical aspects of the production

Charris Yadigaroglou

Head of Communication (RP, community management,
trade marketing)

Virginie Meylan

Trade Marketing Manager

Céline
Cammalleri

Sales Administration Manager


Isabelle
Boutantin

Manager, MB&F
M.A.D.Gallery


Talking to these people is enlightening. We discover
that MB&F’s greatest challenge is not to sell their watches (Max actually
told us how much he was surprised about it): it is to create them! It is to
federate partners on very innovative and complex projects, for very small
production figures. A technical challenge rather than business figures…





Thanks to the communicative passion
of Max and the technical skills of Serge, they achieve the impossible; they can
extend their friends network, they are able to propose sublime objects, filled
with immense technicality, amazingly audacious. Whether for the cases, the
movements or the dial displays, we completely stick to their
philosophy.

Even their watch boxes are pure genius, here a UFO, there a
plane reactor command… For example, MB&F developed a unique HM 4, created
for the OnlyWatch event; It figured a Panda, sitting on the watch “reactors”
(Starwars Podracer style…). For this single watch, they also designed a watch
box, marked with deep scratches, as if the panda had tried to open the box with
his claws! You will not store theses boxes in a closet (yes, we all do so!);
instead you will proudly exhibit it in your living room, along with other art
pieces.






Talking about art, MB&F just
opened a new place, to share their universe and creations: The MB&F M.A.D.
Gallery. M.A.D. stands for Mechanical Art Devices. This is not exactly an art
gallery; this is not their flagship either, but an ideal mix of both…
This
is a beautiful place, modern and contrasted, in a quiet street of Geneva, next
to design and high-end shops. A street for the aesthetes.





In the M.A.D. gallery, you will
admire the Horological (and Legacy) machines, but also other pieces: sculptures,
lamps, robots, all objects carefully chosen by Maximilian, the results of his
encounters with very singular artists. All these pieces are a part of the
universe of MB&F, and are integrated as so. For example these lamps,
directly inspired by the 50’s Sci Fi universe, entirely designed and built by
Franck Buchwald (a German graphist), working in his poorly heated cabin. As
another example, they have the project to integrate a humanoid robot in the
gallery window, which will be able to interact with the visitors. They are also
expecting unique motorbikes designed by a hardliner Japanese man, built in the
middle of nowhere in the south of Japan. One of the walls is covered with
pictures of the Friends, with some space left for the new friends to come…
Everything in the M.A.D. gallery is in line with MB&F philosophy. It is a
place of exchange and exhibitions for all the brand’s friends.






We now have the opportunity to
visit the workshops, a block away from the Gallery, through a terrace. This is a
small house, a mountain chalet in the middle of Geneve, above a tavern! An
absolutely improbable place, a few dozen square meters big, where all the
MB&F adventure takes place (they were moving at the time of the visit).






Here, we won’t find any exhibition
hall, no show off, no energy wasted for anything but watchmaking. Here, we get
to the basics, and it is amusing to identify some inspiration sources through
the few objects displayed in the middle of the office…




They are three watchmakers, in a very
small room. Didier, Georges and Alexandre are very busy and concentrated,
working on the MB&F masterpieces (some Horological and Legacy Machines, but
also the famous Jwlry Machine, an HM3 specifically designed by Boucheron). And
yet they spend some time, chatting with us, showing us their tools, the calibers
before they are installed in the cases, their daily life at MB&F.





When we ask whether each watchmaker
is specialized in one of the HM, Georges tells us in a smile that they don’t, on
purpose, in case one of them dies… Dark humour, as we love it, in the middle of
the conversation, an example of the extraordinary cool atmosphere.

Yet
we must not forget how gifted these watchmakers are.





Regarding the after sales process,
Didier explains that although it is a very, very small part of the job, it is
prioritary. We can easily believe that they have little to do on after sales,
when you can detail the amazing finish of the watches, and how carefully they
are assembled.


We have a very pleasant lunch, with a nice glass of
Graves wine, and we go back to the M.A.D. gallery, as we plan to photograph all
the models of the range, in every details, with all the time we want. What a
privilege! We will not waste your time trying to explain how wonderful these
watches are: just look at the pictures! Everything, absolutely everything is
breathtaking. Each screw (with a specific footprint), each surface treatment
(even with a PVD coating), each adjustment, everything is simply sublime. We
both immediately turned into huge fans. If you ask us: “which one?”, we will
both answer: “ALL OF THEM!”. As each of them tells a different story, unveils an
entire universe, discretely shows its influences; and yet they are all so
different… We have the same sad feeling when we have to put them back in the
boxes.

The HM1, produced in 2006, was a milestone in the history of
Independent horology, with its “horizontal 8-shape” architecture, unveiling the
hours and minute information, separated by a tourbillion. The MB&F codes, if
we can say so, are already present: the case, the display and the proportions
had never been seen before, and we can find a component inspired by the double
harken-Astero Hache (the deported rotor), a reminder of the manga
Grendizer/Goldorak. A perfect illustration of the creators’ sense of
humour.





The HM2 was released in 2008; it
uses the horizontal architecture of the HM1 and the double display, but these
are the only common points. On one side, the retrograde date and the
double-hemispher moonphase. On the other side, the association of jumping
hours/retrograde minutes, absolutely wonderful. At the back, the oscillating
Harken is still there, but it is placed in the middle of the watch. First
available as a sandwich of precious metals, the HM2’s case was further proposed
with a sumptuous full sapphire front case, showing all the details of the watch,
and a contrast with the colored seal, giving it an aesthetic role, a
premiere.





Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.






Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.






Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




In 2009, MB&F created the buzz
once again releasing the HM3, with an original case, directly inspired by the
1950’s Science Fiction space shuttles. The HM3 was available with 2 different
displays, vertical or horizontal (Sidewinder and Starcruiser). The uniqueness of
this watch is the ability to see the time indications and the movement at the
same time. The displays are two fix domes (hours and minutes), the hands turning
around it.
In addition to this standard (can we really say this word?)
configuration, the HM3 was also available as the Rebel, fully coated with PVD,
designed to be worn at the right arm, and as the Frog. In this configuration,
the domes are moving inside two incredibly pure and technical sapphire domes,
and fix indexes provides the time information. A limited series was available
with a black-coated treatment and a green rotor, adding to the amphibian
metaphor.



Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




What could MB&F create for 2010?
More boldness, more audacity, more than ever! With the HM4 “Thunderbolt”,
MB&F decided to go on the airplanes universe, the overall shape of the watch
inspired by the reactors of the Fairchild A-10 bomber, also known as the
Warthog. From a functional point of view, this timepiece indicates hours,
minutes and the power reserve. Rather simple… Yet the complexity of the watch is
technical, as these indications stand on 2 separate dials, but also
perpendicular to the movement! Moreover, each dial is continued with a
rocket-shaped body, each of them terminated by a crown. So each setting has its
own crown, one for time, the other for winding purpose. Such a configuration
requires a very complex architecture in order to transmit the movement to the
deported dials. Of course, the doucle Harken is still here, but this time as one
of the caliber’s bridges.



Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




The Legacy Machine was a surprise
for everybody when it was released in 2011. How on earth could MB&F release
a round watch, with a caliber’s old-style decoration, hand-graved, made out of
Maillechort? As Max Büsser explains, the LM1 is the watch he could have made a
century ago, as if it had been released in 1911 instead of 2011, inspired by the
revolutions of this time, The Eiffel tower and Jules Verne instead of Star Wars
and war fighters… Who could collaborate on such a caliber? Kari Voutilainen, no
one else. This caliber looks amazingly simple and pure, and yet its
characteristics are spectacular. Through its two separate dials, it is possible
to set independently hours AND minutes. Secondly, Kari managed to implement the
escapement at the front of the watch, with a sublime pendulum, gently
oscillating (18,000 alts/hour), floating above the two dials in a magic way,
under an almost divine bombed sapphire… And the sublime decoration of the
caliber manages to make us forget that the escapement is not on this side. Pure
Alchemy!



Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.




Agrandir cette image Réduire cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille
originale.















































You may already have understood
that, after such a journey, full of surprises and marvels, we both fell in love.
Not in love with a brand – which is more a concept than a strictly standard
brand – but more with a bunch of friends; they are able to manage the
impossible, without the slightest care for conventions. They can mix up the
craziest ideas with the greatest possible rigor; They manage to get to best from
people to achieve their dreams, in order to create some incredibly beautiful
watches, with a unique audacity. And all this is made in a very simple
way.

We would love to become one of the “F” of MB&F.






Many thanks to Maximilian Büsser to Charris Yadigaroglou, and the whole team MB & F for their hospitality and
their availability.

Text and Photos : Frédéric
Dru et Olivier Gilo, for Passion Horlogère

Photos M.A.D. Gallery
(exterior view), and MB&F Team ( "Friends " Visual): www.mbandf.com