Grandes complications, sonneries, quantièmes, phases de Lune : la moisson de modèles dévoilée à Genève en ce début d’année avait de quoi ravir, par sa diversité, les adeptes de la belle manufacture de Glashütte.
 
Ce sont en effet pas moins de 7 nouveautés – dont 5 équipées de mouvements conçus pour elles - déclinées en 11 références qui viendront au cours de l’année enrichir le catalogue, autant à l’intention des dames que des messieurs. De quoi réaliser une jolie photo de famille !





A tout seigneur tout honneur, c’est la maquette géante du Tourbograph Perpétuel «Pour le Mérite» qui accueillait les visiteurs sur le stand d’exposition. Une pièce de très grande complication dans la tradition de la gamme 1815 après le Datograph Perpétuel Tourbillon présenté au SIHH 2016 dans la gamme Saxonia.


Rappelons que la gamme 1815 s’inspire du dessin traditionnel des montres de poche avec aiguilles bleuies et index en chiffres arabes par opposition au dessin plus moderne de la gamme Saxonia.

Le dispositif de transmission fusée-chaîne dont est doté ce nouveau modèle d’exception lui confère en outre l’appellation « Pour le Mérite » octroyée pour la première fois en 1994. A ce jour, c'est seulement la 5e fois qu’elle s’illustre en plus de 20 ans dans l’histoire moderne de la marque, son couplage avec le Tourbillon visant à accroître la précision du mouvement.

Mais au total le Tourbograph Perpétuel présenté à Genève combine dans son nouveau développement 5 complications majeures avec les fonctions chronographe - augmenté du mécanisme de rattrapante – et surtout le quantième perpétuel dont l’intégration a nécessité de revisiter complètement l’architecture du calibre.


Une multitude de détails techniques et de finition font de ce modèle, prévu en édition limitée à 50 exemplaires en boîtier platine, un garde-temps exceptionnel dont chaque fonction mériterait des explications approfondies. Notons juste par exemple le positionnement en retrait de la cage de tourbillon dont le pont prend naissance directement sur le cadran et s’incurve en plongeant. Cette courbure a nécessité des prouesses en matière de polissage afin d’obtenir ce rendu unique.

Et que dire de l’aperçu du calibre L133.1 à travers son fond saphir qui nous dévoile les richesses et les trésors de technique horlogère de son mouvement manuel.


Un autre mouvement manuel complètement redéveloppé dans un boîtier de 40 mm vient enrichir la gamme 1815 avec ce très beau quantième annuel par affichage à aiguilles doté d’une réserve de marche de 72h.


Au petit jeu des comparaisons, remarquons que le quantième annuel Saxonia à grande date est animé par un calibre à remontage automatique de 46 heures de réserve de marche monté dans un boîtier de 38,5 mm alors que la correction du quantième est réalisée au moyen de correcteurs à stylet.  Dans ce nouveau quantième annuel 1815, c’est un bouton poussoir supplémentaire aisément identifiable à 2h (pour éviter son déclenchement involontaire) qui permet d’ajuster la date analogique de façon simple et efficace.


Le nouveau mouvement L051.3 révèle sa richesse et ses finitions dans une platine trois-quarts caractéristique qui met ici en valeur la roue à rochet et la roue à couronne.



Ce nouveau quantième annuel 1815 sera proposé dans cette version en or gris 



Mais une version en or rose sera également au catalogue




Certes, elle n’est pas équipée d’un tout nouveau mouvement, mais la Lange 31 – dotée d’une réserve de marche de 31 jours comme son nom le précise – nous arrive cette année dans une superbe livrée grise en édition limitée à 100 pièces. Ce sont ses deux ressorts moteurs survitaminés de 185 cm chacun qui lui confèrent cette autonomie impressionnante dans des dimensions de boîtier en or gris qui ne le sont pas moins (45,9 mm de diamètre et 15,9 mm d’épaisseur). Petite contrepartie mais qui fait aussi son charme : une clé spéciale l’accompagne afin d’assurer son remontage avec le couple et l’énergie nécessaires.


Le fond saphir qui protège le calibre L034.1 laisse apparaître l’ouverture qui permet d’insérer cette clé carrée. Mais l’autre particularité de la Lange est son dispositif d’échappement à force constante réalisé à travers un ressort auxiliaire qui assure la régularité de l’apport d’énergie au train de rouages principal toutes les 10 secondes. Cette complication recherchée et qui améliore encore la précision du mécanisme est visible à 6h près du balancier-spiral.


Dans la famille Zeitwerk, c’est également une édition limitée à 100 pièces qui est proposée aux collectionneurs dans un boîtier pour la première fois en or miel. Mais outre le double grand affichage digital de l’heure et des minutes à chiffres sautants qui est le signe distinctif de la Zeitwerk, la particularité de ce nouveau modèle Decimal Strike est d’intégrer au travers de son calibre L043.7 un mécanisme de sonnerie au passage original. Contrairement aux sonneries aux quarts, le marteau de droite déclenchera en effet un son aigu toutes les 10 minutes alors que celui de gauche signalera le passage de l’heure par un son grave. Il sera toutefois possible de rester discret en actionnant le poussoir du silencieux situé à 4h.


Un travail de finition très soigné a été apporté à ce modèle avec en particulier une très belle gravure au tremblé sur les marteaux en acier poli et les ponts de marteaux.


La Lange 1 Phases de Lune bénéficie cette année du nouveau calibre manuel L121.3 qui reprend l’essentiel des caractéristiques de la Lange 1 version 2015 – dont le double barillet qui lui permet une réserve de marche de 72 heures et le saut instantané de l’heure – en lui adjoignant la complication phases de lune augmentée d’un indicateur jour/nuit astucieux.


Le disque en or massif représentant notre satellite progresse en effet au cours du mois lunaire sur un disque également en or massif qui opère lui une rotation sur 24 heures, présentant en alternance un décor bleu sombre orné d’étoiles façonnées au laser pour la nuit et un fond bleu clair uni pour la journée. L’ensemble composé de 70 pièces facilite donc le réglage de l’heure tout en illustrant de façon réaliste la progression de la lune sur le fond céleste.



Le nuancier bleu breveté particulier du disque jour/nuit ressort particulièrement bien sur cette version en or gris et cadran noir





Deux autres versions sont également proposées. L’une en boîtier platine et cadran rhodié





L’autre en boîtier or rose et cadran argenté



C’est donc un magnifique trio de nouvelles Lange 1 Phases de Lune qui sont proposées à l’amateur cette année


Mais les dames ne sont certes pas en reste avec un magnifique modèle « Little » Lange 1 Phases de Lune lui aussi décliné du L121.1 de 2015 et dont l’adaptation sous la référence L121.2 inscrit le mouvement dans un diamètre de boîtier réduit à 36,8 mm d’épaisseur.


La particularité de cette pièce très féminine est de présenter une subtile variété de guillochages sur son cadran en or argenté alors qu’aiguilles et index appliqués en or rose s’harmonisent en douceur avec le boîtier du même or.


Petite touche de raffinement supplémentaire : le fond céleste sur lequel se détache la lune en or rose est également en or argenté dans le même ton que le cadran.


Ces dames seront comblées puisque la Petite Saxonia de 35 mm bénéficie cette année de deux nouveautés en cadran nacre, l’une en or gris et l’autre en or rose.



Elles sont toutes deux animées du calibre manuel L941.1 qui leur octroie une réserve de marche de 45h.



Mesdames, faites votre choix !



Merci à Lucia et Thibault pour leur merveilleux accueil et leur extrême compétence à nous illustrer cette nouvelle collection


Rendons enfin un hommage plein de respect et de reconnaissance à Walter Lange, décédé à l’âge de 92 ans pendant que nous faisions ce reportage au SIHH, et que tous les passionnés d’horlogerie connaissaient en particulier pour son engagement dans la nouvelle vie de A. Lange & Söhne. Merci Monsieur !


Pour plus d’informations et de détails techniques sur les collections, reportez-vous au site A. Lange & Söhne

Pour Passion Horlogère : Rédaction Luc J. / Photographies Michel H., Pascal L. et A. Lange & Söhne