Ma Rolex Explorer 2 ref.16570




Voilà un an maintenant, que j’ai cette Rolex Explorer II 16570. Je souhaitais vous la présenter.

- La démarche :

Je n’ai jamais été un fan absolu de la marque à la couronne. Il m’a fallu un certain temps pour appréhender ce que les amateurs éclairés trouvaient de particulier cette marque. A mon sens, elles n’avaient rien de plus que les autres, belles mais « sans saveur », comme une belle fille qui ne sourit jamais.

La démarche a été longue pour observer et écouter,d’autres passionnés, amateurs et possesseurs, et comprendre que justement, c’est cette précision chirurgicale qui est en fait la principale qualité des montres Rolex. Pas de fioriture, les montres sont fonctionnelles, fiables, et solides. Esthétiquement je me suis mis à apprécier certains modèles plus que d 'autres.

Alors pourquoi l’Explorer 2 ?

Cette montre n’est peut être pas le modèle le plus emblématique de la marque.
La Submariner, icône de la marque, s 'il en est, que je trouve très belle en photo ou sur le poignet des autres, ne m’a jamais fait forte impression lors de mes différents essais. Et puis, à bien regarder ma collection, je n’avais que des cadrans noirs. A ce moment là j’avais envie de changer, je souhaitais une montre sport – chic avec cadran blanc. Plusieurs montres étaient sur les rangs, mais j’ai toujours aimé la forme du boîtier des modèles professionnels de chez Rolex, moins arrondie que celle d 'une Datejust. Mais pas question pour moi d 'aller vers les nouveaux boîtiers pas vraiment à mon goût. Ne souhaitant pas juste une 3 aiguilles, j’ai été tenté par le mouvement GMT.

Indispensable également pour moi, si j 'optais pour un bracelet acier, il devait être satiné ou brossé. Je me suis séparé du bracelet de mon Omega Speedmaster pour ces raisons. Et je doit avouer que les deux seuls bracelets acier que j’apprécie dans la production actuelle sont l’Oyster et le bracelet Omega de la Planet Océan.

J’ai donc eu l’occasion d 'essayer la rolex Explorer II à plusieurs reprises afin de comparer avec d’autres modèles, et, voilà, il y a un an, c’est elle qui a gagné.

PLACE A LA BELLE

Le boitier.

Un beau morceau de fonderie en acier inoxydable 904 L d’un diamètre 40mm et d’une épaisseur de 12.1mm. Il est poli-brossé avec la carrure poli-miroir. Il dispose d’une lunette GMT graduée jusqu 'à 24. Chiffre pour les heures paires et un signe de forme triangulaire pour les heures impaires.
La montre est étanche à 100 m.






Le fond de boite est plein sans aucune gravure.




La couronne

Elle est située à 3 heures. Elle est en acier, crénelée et frappée à son extrémité de la couronne à cinq branches soulignée par un petit trait. Ce petit trait témoigne du système twinlock à trois joints. 2 pour assurer l 'étanchéité tube/couronne, 1 pour l 'étanchéité tube/carrure, en métal celui là,
Ce troisième joint n 'est présent que pour les modèles portant des références à 5 chiffres. Sur les modèles portant des références à 4 chiffres, le tube est différent et ce joint n 'existe pas.
La couronne est protégée par des épaulements.






Système Twinlock
monté sur les montres dont la références a 5 chiffres
(image d 'origine Rolex)




La Glace

La glace est en Saphir, comme sur toutes les Rolex professionnelles moderne. Elle est parfaitement plate, dépasse un peu du plan de la lunette et est biseautée. Beaucoup moins épaisse que celle des Submariner et à plus forte raison que celle de la Sea-Dweller et offre la même caractéristique de n 'être pas traitée contre les reflets. On peu noter la présence d’une couronne gravée à 6h.

Au départ, la loupe me rebutait. Je lui trouvais quelque chose d’inesthétique, et me semblait être présente au détriment de la lisibilité des minutes autour du quart. Mais en fin de compte elle n’est pas dérangeante et fait partie de l’ADN Rolex. Signe extérieur de la marque, elle fait désormais partie de son identité.

Le cadran

Hormis sa couleur blanche, il reprend les caractéristiques de toutes les Rolex professionnelles, à savoir petit traits fins pour les minutes et traits plus épais pour les heures.
Les index sont appliqués, ronds aux heures, rectangulaires à 6 et 9 heures et en triangle à 12h. Ils sont bien entendu remplis de Luminova. Ces index blancs sont cerclés de noir, ce cerclage est plus fin sur les derniers modèles commercialisés.
A 3 heures se trouve la date, le guichet s 'ouvre sur un disque blanc, ce qui s’harmonise à merveille avec la couleur du cadran.
On retrouve également les indications classique des Rolex Professionnelles. Sous l’index des 12h, la couronne à 5 branches surmontant « ROLEX » et « OYSTER PERPETUAL DATE ». Au dessus de l’index à 6h on retrouve « SUPERLATIVE CHRONOMETER OFFICIALLY CERTIFIED ».
Le traditionnel « SWISS MADE » est lui disposé à 6h00

Ce cadran est surmonté du rehaut gravé « ROLEXROLEXROLEXROLEX »

Les aiguilles

Un grand classique de chez Rolex pour la forme avec le typique "mercedes " pour celle des heures. Blanches, cerclés de noir, elles sont remplies de Luminova.
L 'aiguille rouge GMT qui ressort parfaitement sur ce cadran blanc est terminée par une fleche en Luminova entourée de noir







Le bracelet

L’Explorer II est équipée en standard d 'un bracelet de la série Oyster, Il porte la référence 78790. Le bracelet est constitué de maillons en acier pleins très bien finis et assemblés avec des vis, en finition poli-brossé et poli-miroir sur les flancs. Il est équipé de pièces de bout massives. (SEL). A la base, je ne suis pas un grand amateur des bracelets métal, il était obligatoire lors de l’acquisition de cette montre que le bracelet soit poli-brossé. J 'aime cet aspect entièrement brossé : Cela rend le bracelet plus discret et plus résistant aux rayures.
Mais, d 'après moi, le gros défaut de ce bracelet est sa boucle déployante, Car elle est intégralement réalisée en tôle d 'acier emboutie. Par contre point positif, elle est équipé du fermoir fliplock qui offre plus de sécurité.
Elle présente un fini brossé sur le dessus et poli sur les côtés. Elle est frappée de la couronne.






Mouvement

L’Explorer II est équipée du calibre maison 3186, il est une évolution du 3185.

Ceci par l’adoption du Spiral Parachrom ®, et par le fait que dans le 3186 l 'emplacement fixe pour les 12 positions de l 'aiguille des heures a été éloigné du centre du mouvement vers le train de pignons des aiguilles afin de désolidariser plus efficacement la fonction saut 1 heure par rapport à l 'aiguille 24H.


crédit google



crédit google




La Rolex Explorer II offre une complication GMT. C 'est-à-dire que la montre peut indiquer l’heure sur deux fuseaux horaires différents en même temps.
Voici comment cela fonctionne :
En admettant que vous ayez votre montre réglée à l’heure de Paris et que vous deviez vous rendre à New York, il vous suffit de reculer votre aiguille des heures de 6 heures pour obtenir l 'heure locale. L’aiguille GMT (la rouge) vous indiquera toujours l’heure qu’il est à Paris sur la lunette gravée sur 24 heures.


Test de précision réalisé chez www.misterchrono.com




Ce mouvement est reconnu comme étant très bon, doté d 'une complication au fonctionnement judicieux et très fonctionnel, et réalisé selon les standards de la marque. C 'est à dire sans faute.

Le bilan après 1 an.

C’est une montre très agréable à porter du fait de sa légèreté, sa simplicité, sa taille et sa discrétion. Son aspect poli-brossé est moins sensible aux rayures et devient selon moi un avantage au quotidien.
Son cadran, quand on l’observe bien, offre de superbes reflets suivant l’intensité du soleil.
Le mouvement est fiable, la montre n’a rencontré aucun problème durant cette première année d’utilisation et ça a été une des montres que j’ai le plus porté.
Seul point négatif dû à mon petit poignet : Quand tous les maillons supplémentaires ont été enlevés, la boucle déployante n’est pas centrée sur le poignet et est gênante. Alors il est possible d’en ôter un permanent, mais j’hésite...

Récit et photos Lionel B. pour Passion Horlogère