Chronographe Suisse Vintage


Présentation

 

Ce chronographe de la marque Chronographe Suisse a été légué à mon père par son père. Ni la boite, ni les papiers ne sont en sa possession.

Quelques recherches faites par mes soins semblent indiquer un garde-temps de la fin des années 30 au début des années 40, équipé d’un mouvement Landeron.

La boite est en or rose 18k, 750/1000è. Son diamètre est de 37mm, ce qui à l’époque considérée est une taille standard. Le bracelet n’est pas le bracelet d’origine. Il a du être rajouté par mon grand-père.

 

Vue d’ensemble

Ces images permettent d’apprécier la couleur assez soutenue de l’or rose de la boite ainsi que la couleur coordonnée du cadran. La carrure est brossée mais la lunette et le fond sont polis. Aucune idée si c’est la décoration d’origine, puisque mes recherches semblent indiquer des différences.

Les poinçons

On retrouve sur le fond de la montre les différents poinçons suivants (du haut vers le bas):

  • le poinçon officiel suisse Helvétia (tête de femme) attestant à la fois de son origine suisse et du pourcentage d’or dans le métal (on parle en France de poinçon de garantie).

    Ce poinçon a été utilisé depuis la loi fédérale du 20/06/1933 sur le contrôle du commerce des métaux précieux et des ouvrages en métaux précieux (loi sur le contrôle des métaux précieux, LCMP) jusqu’en 1995, date à laquelle il a été remplacé par une tête de saint-bernard. La lettre placée sous la tête (non visible ici) représentait la ville du bureau de garantie (G pour Genève, C pour la Chaux-de-Fond par exemple).

  • le poinçon de titre indiquant le pourcentage d’or dans le métal (le titre), ici la montre titre 18 carats (750/1000). De l’or 18 carats (18k) représente 18 g d 'or pour une masse totale de 24 g.
    18 : 24 = 0,750 soit 750/1000 ème .
  • le numéro de la montre, ici c’est la 1444 ème montre de ce type fabriquée.
  • la marque individuelle ou collective de responsabilité du fabricant (appelé en France le poinçon de maître), ici le nombre 158. Ce poinçon enregistré auprès de l’administration du pays (la Suisse dans notre cas), indique qui a fabriqué la montre et se porte garant de son titre.










Vue de profile de la carrure, la lunette et les cornes

On retrouve un poinçon sur le côté gauche de la carrure. Je n’ai pas été capable de le déchiffrer, mais on peut penser qu’il puisse représenter un charançon.



Ce poinçon était applicable aux articles importés en France, en provenance de pays dont les produits étaient soumis en France au même régime que les produits similaires français.

La carrure est brossée. Par contre, le fond et la lunette sont polis.








La couronne et les poussoirs de chronographe

La couronne n’est pas vissée. Les poussoirs sont rectangulaires. Celui à 10h permet le démarrage de la fonction chronographe. Le second poussoir à 4h permet quant à lui, l’arrêt de la fonction chronographe et la remise à zéro de la trotteuse sur la position 12h.







Le bracelet

Le bracelet qui n’est pas d’origine est, quant à lui, en plaqué or jaune laminé. Le terme laminé signifie que le bracelet est d 'un métal de base inférieur (sûrement de l’acier inoxydable dans le cas présent) à la surface duquel on a soudé ou brasé par la chaleur une plaque d 'or. Techniquement parlant, afin de se qualifier de plaqué d 'or laminé :


  • la couche d 'or doit être au titre minimal de 10K
  • cette qualité d 'or doit correspondre à moins de 1/20 du poids brut de l 'article.


C’est un bracelet de type Fixo-Flex très en vogue dans les années 70 … et particulièrement efficace pour l’épilation des poignets !






Le cadran

Le cadran est composé des différentes fonctions suivantes :


  • Heures, minutes (centrales), secondes à 9h, aiguille centrale du chronographe souvent appelée trotteuse (à 12h dans notre cas)
  • Chronographe avec compteur de minutes
    - Graduation pour une lecture de la durée d’observation au 1/5 de seconde (graduation la plus intérieure),
    - Mesure de la durée d’une observation jusqu’à 30 minutes via le cadran à 3h.
  • Mesure de la durée d’une conversation téléphonique
    A l’époque, les taxes téléphoniques étaient généralement calculées sur une durée de conversation de 3 minutes. C’est pourquoi, le compteur des minutes du chronographe à 3h possède des divisions spéciales « plus longues » pour indiquer la 3ème, 6ème et 9ème minute.
  • Echelle télémétrique (graduation médiane, de couleur rouge)
    Le télémètre permet de mesurer la distance qui sépare l 'observateur d 'un phénomène d 'abord visible, puis auditif. Je vous laisse le soin de visiter la page qui décrit très bien l’utilisation du télémètre :
    http://www.horlogerie-suisse.com/journal-suisse-horlogerie/technique/cadran-chronographe-042008.html
  • Echelle tachymétrique (graduation la plus extérieure, de couleur bleue)
    Elle est graduée de façon à rendre possible la mesure des vitesses rapides. Je vous laisse le soin de visiter la page suivante qui décrit très bien l’utilisation du tachymètre :
    http://www.horlogerie-suisse.com/journal-suisse-horlogerie/technique/cadran-chronographe-042008.html





Le cadran est un peu piqué. Il n’a manifestement jamais été restauré. On remarque les 3 couleurs du cadran, la zone plus claire pour les divisions de l’échelle télémétrique en rouge, la partie plus foncée des compteurs à 3 et 9h. La zone centrale où se trouvent les chiffres et la zone la plus extérieure comprenant les divisions de l’échelle tachymétrique sont entre ces 2 premiers tons.


Vue plus rapprochée des différentes divisions et de leur agencement sur le cadran.


Les index et chiffres

Les chiffres des heures sont particulièrement brillants encore maintenant et semblent être peints en or.










Les aiguilles



Toutes les aiguilles semblent en or. La trotteuse est courbée à son extrémité de façon à suivre la forme de la glace.


Les divisions en détail

Quelques photographies avec les détails des différentes divisions.








On voit particulièrement sur cette photographie les divisions pour le calcul de la mesure de la durée d’une conversation téléphonique.


Le guillochage des compteurs

Le compteur des secondes à 9h et celui des minutes à 3h sont guillochés. Il n’y a pas d’autre guillochage sur le cadran.






Le fond

Le fond est clipsé. Y est gravé sur sa face intérieure 3 notifications indiquant que la montre a été soit réparée, soit ouverte au moins 3 fois.



L’élément suivant, le double-fond, protège le mouvement. Sa face intérieure reprend le numéro d’ordre de la montre (1444).






Le mouvement

Le mouvement est un Landeron 48. Cette famille a été produite de 1937 à 1970 à environ 3 500 000 exemplaires, tous dérivés compris.
Les caractéristiques du Landeron 48 sont :


  • Ligne : 13.75 ' ' ', Dm= 31mm
  • Hauteur= 6.2mm
  • 17 rubis
  • Fréquence = 18000 A/h
  • Réserve de marche : 42h
  • Remontage manuel


Le Landeron 48 est un mécanisme chronographe intégré au mouvement avec came (à la suite, 2 photographies de l’ensemble du mouvement).






Détails du mouvement



Détails du pont de chronographe avec son mobile et celui du compteur des minutes ainsi que du marteau.


Détails du mobile de chronographe (au centre), du marteau (à gauche), du balancier-spiral et de la raquetterie (à droite).


Détails du pont de bascule d’embrayage (à gauche), de la roue entraîneuse de chronographe (au centre) et de la raquetterie (en haut à droite).


Même configuration sous un autre angle.


Détails du pont de chronographe (à droite) ainsi qu’un gros plan de la queue de raquette avec la graduation sur le coq.


Même configuration sous un autre angle.

2 photographies, enfin donnant une idée de l’épaisseur des différentes pièces.






Remerciements

Merci à FreddyLombard, Olivier360 de http://www.horlogerie-suisse.com/forum pour l’identification des poinçons et kelorkilé et plume68 de http://forumamontres.forumactif.com pour l’identification du mouvement.

Christophe B. pour Passion Horlogère
Le 28 avril 2011