Entretien paru dans le Singapore Straits Times en juin 2011
Copyright Passion Horlogère







Bernard, aujourd’hui beaucoup de marques fabriquent leurs propres mouvements. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?
Bien que les mouvements ETA soient déjà très performants, une maison qui propose des mouvements issus de leur manufacture peut-elle se permettre d’augmenter le prix de vente de ses montres ?







Opinion
La pertinence de créer une machine parfaite

 




Oui. Aujourd’hui, presque toutes les marques proposent des mouvements de manufacture développés et fabriqués en interne, pour leurs propres montres.

Jusqu’à l’arrivée des mouvements à quartz, nous étions dans une ère où les conceptions horlogères étaient satisfaisantes pour la navigation dans les airs ou sur l’eau. En l’occurrence, ces conceptions étaient toutes à peu près similaires.

Les efforts ont essentiellement porté sur la miniaturisation des mouvements et leurs principales évolutions concernaient surtout leurs dimensions : au fil du temps les mouvements sont devenus de plus en plus petit et fin, tout en intégrant de plus en plus de complications. La fréquence du balancier pouvait être maintenue identiquement tout en réduisant son diamètre. C’est un jeu d’enfant que de fabriquer une montre à partir des calculs, et d’organiser différemment les composants ou la disposition des ponts !


[center]
[/center]


Mais écoutez….il y a quelques dizaines d’années, les marques commencèrent à faire les choses suivantes :

(1) Utiliser des mouvements “génériques”, qu’elles modifiaient partiellement ou entièrement, notamment la disposition des ponts. Ceci leur revenait moins cher que de développer leur propre mouvement.
(2) Repenser la mécanique pour (a)accroître la précision en augmentant la fréquence des oscillations du balancier, (b) obtenir plus de couple et une plus grande réserve de marche ou (c) ajouter des complications sous formes de modules indépendants.
(3) Utiliser de nouveaux alliages et de nouvelles huiles ayant des comportements mécaniques différents.





C’est ainsi, qu’à partir des années 90, il y eu un regain d’intérêt pour le charme des montres fonctionnant à partir de l’énergie mécanique, plutôt qu’électrique. Ces montres devaient s’inscrire dans le temps, et non plus être jetées dès lors qu’elles étaient « passées de mode ». C’est pourquoi, les marques ont commencé à investir de l’argent et de l’énergie dans la R&D, afin de concevoir leurs propres mécanismes.

Tout ceci afin d’être pérenne et pas dictée par la mode! Je ne veux pas manquer de respect à la Haute Couture, mais je ne comprends pas ces gens dont les achats sont uniquement guidés par la mode et le « m’as-tu-vu », et qui ne comprennent rien à l’art !






Bernard, y’a-t-il un moyen alors de différencier un vrai mouvement de manufacture d’un mouvement retravaillé ou une recopie de quelque chose d’existant mais déguisé ?


Il y a beaucoup de mouvements de manufacture, mais personne n’a encore ressenti le besoin de les catégoriser. Fabriquer un mouvement propre représente quelque chose de significatif dans l’histoire d’une marque, et contribue à lui façonner une identité, tout en combattant les contrefaçons.

Pour le consommateur, modifier un mouvement est pertinent tant qu’il s’agit de l’améliorer. Et les mouvements sur une base ETA sont très bons, presque parfaits. Ces mouvements sont si bons que même s’ils sont copiés à l’identique ou légèrement modifiés, ils restent fiables.





Voici quelques voies d’amélioration pertinentes explorées par la R&D :
(1) Sur les mouvements à remontage automatique ou manuel, des améliorations structurelles, sur la réserve de marche et le système de lubrification sont pertinents.
(2) L’utilisation de matériaux plus stables pour les composants structuraux pour qu’ils se dégradent moins au cours du temps.
(3) La conception de mouvements de base plus fins, et de performances aussi bonnes voire meilleures, afin de pouvoir installer dessus un plus grand nombre de complications.
(4) Une plus grande résistance des composants afin qu’une plus grande quantité d’énergie puisse y être stockée et transmise.
(5) Un nombre de composants plus petits afin d’accroître la précision en réduisant la dissipation d’énergie par friction.
(6) Un nombre de composants plus important afin d’augmenter les fonctionnalités, tout en s’assurant une conservation de la précision et de la lubrification.
(7) Augmenter la durée de vie des mouvement de plusieurs centaines d’années en améliorant les systèmes de lubrification, voire en concevant des matériaux pouvant se passer de lubrification.
Grâce à ces quelques paramètres, nous pouvons estimer la qualité et l’authenticité des mouvements.

Les mouvements avec la technologie d’échappement Co-Axial d’Omega, ou les mouvements produits par Rolex, Cartier, IWC, Ulysse Nardin, Richard Mille et Audemars Piguet sont de conceptions incroyables qui mettent en jeu tous les éléments cités ci-dessus, et plus particulièrement pour ce qui concerne la lubrification, la résistance des matériaux et la modularité des mécanismes.







Mais ceux-ci sont très chers ! N’y aurait-il pas de vrais mouvements plus abordables ?


Vous ne me croirez pas si je vous le disais !
Il y a SEIKO d’abord, puis CITIZEN…pour différentes raisons. Le premier essaye d’être européen comme vous, alors que le second est fier d’être japonais.
Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse…uniquement des avis.
Mais dans l’ensemble, l’objectif est de rentrer dans l’histoire.





Le mouvement P de Panerai est un bon exemple d’un mouvement simple, facilement identifiable et fiable. Il est minimaliste et contient juste ce qu’il faut en terme de composants. Ceci pour une bonne raison : une Panerai doit être une montre durable qui puisse être facilement réparée.
Il y a ensuite des domaines tels que la production et la maintenance que je n’ai pas évoqués.
La plupart des horlogers indépendants ne peuvent pas se permettre d’investir dans de la recherche de pointe, en amont de la fabrication de leurs mouvements. Leur spécificité se situe plutôt dans le côté artistique et exclusif. Cependant, ces deux aspects sont complémentaires et apportent une unité. Les sociétés, petites ou grandes, sont complémentaires et servent une seule et même cause

.





Y’a-t-il d’autres manières moins ennuyeuses d’admirer une montre qu’à travers son mécanisme ?


Ahhh….Par exemple LOUIS MOINET utilise un savoir-faire plus traditionnel dans la fabrication de ses mouvements. Certains peuvent rire et dire que « la Chine peut faire la même chose »....mais NON NON NON, la Chine ne peut pas encore comprendre la vraie valeur d’une montre. Pourtant je suis chinois. Les chinois savent comment faire du profit, en dépensant moins et en revendant plus cher ! Ce n’est pas la bonne méthode pour fabriquer des œuvres d’art ou des montres qui auront leur place dans l’Histoire.
Louis Moinet fabrique des mouvements traditionnels très fiables, facilement réparables, et avec une superbe finition. Certaines marques comme IWC, Baume et Mercier ou encore Omega font de même.





Une différence majeure réside dans le fait que Louis Moinet utilise le cadran et le boitier pour faire de leurs montres des œuvres d’art. Un peu à la manière de Jacquet Droz, voire peut-être en mieux car ils seraient capables de fabriquer un magnifique boîtier à partir d’ossements et de pierres datant de plusieurs millions d’années !
J’ai vu la RAINFOREST par Louis Moinet...c’est un modèle vraiment sublime ! J’en mettrais ma main au feu que mes amis seront du même avis que moi !
Aujourd’hui, il y en a beaucoup qui sont à la recherche de leur exemplaire !
J’ai acheté le modèle numéro 00…alors je ne vais pas gâcher la surprise pour les autres qui voudraient acheter les 100 exemplaires restants!!!
Dans son cadran il y a 2 morceaux de tronc de palmier fossilisé de plusieurs millions d’années. Sa couleur est jaune orangée et je peux vous dire que c’est la plus belle montre que j’ai vue en 2011. Je l’ai nommé dans 7 concours à travers le monde, dans les catégories de plus belle montre et meilleure valeur.







J’ai entendu parler de LOUIS MOINET. Ca sonne comme une fausse marque avec un nom français inventé de toutes pièces !


En réalité je n’ai entendu parler de cette marque que le mois dernier. C’est une société petite, mais très riche et puissante. Ils ont fabriqué une sculpture « Time Machine » qui relève à mon avis plus de l’œuvre d’art que d’une montre à un million de dollars !
Ils fabriquent des montres magnifiques avec de rares pierres précieuses !!!
Louis Moinet était un horloger ayant travaillé avec A.L. Breguet.







Donc fabriquer ses propres mouvements ce serait juste pour les apparences ?


NON NON…Fabriquer son propre mouvement est très bien pour le client, qui n’aura alors plus à se demander s’il achète une vraie montre ou une fausse.



La contrefaçon

A mon avis, pour une maison qui opte pour la fabrication en interne des mouvements, c’est une bonne chose et une bonne façon d’avancer et d’authentifier ses produits. Cela permet aussi de protéger à la fois le client et la maison de la contrefaçon et de modifications non autorisées.
Depuis 1998, le monde a commencé à considérer les montres de collection comme des tableaux, des voitures de collections ou autres villas au bord de la mer. Même les prix parfois peuvent être identiques. Mais les montres sont petites et robustes. Suffisamment pour être transportables en nombre dans une valise dans le cadre de transactions !
Ces objets peuvent avoir une très grande valeur, tout en ne requérant que peu d’entretien.





Les montres peuvent être réparées et restaurées mieux que n’importe quel autre bien aujourd’hui. Même mieux que les pierres précieuses ! Les pièces sont petites, stables et ne cassent pas facilement.
Le problème avec les pierres précieuses c’est qu’elles sont difficiles à authentifier et en conséquence sont victimes de la contrefaçon.

La demande pour les montres s’est accrue récemment et est passée d’un simple passe temps, à une affaire de plusieurs milliards de dollars. Ceci a généré une industrie de la contrefaçon qui est plus importante que toute l’industrie horlogère ! Plusieurs voies sont possibles pour empêcher ces actes criminels.





La création de nouveaux mouvements permet cette authentification, et génère une comparaison des marques et des mouvements très utile.




Voulez-vous dire que lorsque une marque a son propre mouvement, celui-ci ne sert qu’aux pièces de la marque en question ? Contrairement au passé où beaucoup de marques emboîtaient de l’ETA?




OUI !
Beaucoup de marques de prestige avaient des mouvements bien décorés et compliqués pour protéger et augmenter la valeur de leurs montres. C’est donc une bonne raison d’acheter une montre avec un mouvement de manufacture. Panerai, Cartier, Bulgari, Patek Philippe et Rolex sont de très bon exemples de marques avec des mouvements uniques et facilement identifiables. Ceux qui sont fabriqués de nos jours sont exclusifs et contiennent beaucoup de marqueurs cachés prouvant leur identité. Ceux-ci seront utiles lors d’une identification, ce qui prouvera également leur valeur. Et si en plus votre montre est rare et belle, vous aurez entre les mains un réel investissement !





Une belle finition décorative est aussi une valeur ajoutée. Ces décorations ont une longévité plus élevée que celles d’autres formes d’art, car elles sont effectuées sur des pièces en métal stable et qui sont enfermés dans des boîtiers hermétiques et étanches à l’eau et aux gaz.


De plus, l’artisanat se fait de plus en plus rare, et donc prend de la valeur tous les ans. Les dynamiques sociales valorisent surtout les rentrées d’argent rapides. Les travaux manuels sont évidemment plus lent à maîtriser et n’attirent pas forcément les talents d’aujourd’hui ayant fait des études supérieures.

Comme sur les billets de banque, les mouvements de manufacture portent des marqueurs permettant de les authentifier.

Les montres avec des mouvements de manufacture et une belle finition ne décôtent généralement pas. La mode est cyclique, mais ce genre d’objet est intemporel.





Et si vous êtes un féru d’Histoire, investissez dans un mouvement de manufacture dernier cri et révolutionnaire, tout en faisant attention à ce que ce ne soit pas un ancien mouvement retouché.

Cependant si vous pensez que les mouvements d’aujourd’hui, parfois uniques, sont de facture supérieure au bon vieux ETA, alors vous devez changer de point de vue. Bien qu’étant moins onéreux, ces mouvements sont tout aussi fiables et précis, et n’en sont pas moins des objets créatifs. Et je pense que c’est un avis partagé par tous. Les mouvements comme les ETA sont de très bons outils, ni plus ni moins. Il ne serait pas très éthique de les faire payer au prix d’un mouvement de manufacture.






Les mouvement de manufactures d’aujourd’hui sont réellement des oeuvres d’art ou plutôt, d’une nouvelle forme d’art, un art mécanique. Leur beauté est souvent cachée, leur intérêt est intellectuel, et leur pertinence est l’investissement financier qu’ils constituent.




Dr Bernard CHEONG, Membre d’Honneur de Passion Horlogère interrogé par le Singapore Straits Times