Si rencontrer le maître horloger finlandais est toujours un honneur et un plaisir, découvrir ses dernières créations à Baselworld est un ravissement des yeux dont nous tentons ici de vous faire profiter. Dans trois registres différents, ces modèles sont des pièces uniques.

Poursuivant son partenariat avec l’atelier de laque japonaise Unryuan, Kari nous gratifie aujourd’hui d’une nouvelle facette de ces techniques d’art décoratif développées en particulier à la période Edo, comme des mosaïques miniatures à base de paillettes d’or et de morceaux de coquilles ou d’écailles d’animaux marins. Après les cadrans Sarasamon, Oukamon puis la montre Hisui - récompensée dans la catégorie Métiers d’Art au GPHG 2014 – voici maintenant la Kaen.


Si c’est le mouvement de la Vingt-8 qui sert de base à cette pièce unique, sa beauté technique est encore rehaussée de ces microscopiques tesselles agencées selon un motif traditionnel et qui brillent sur un parterre d’or.


Un autre modèle éblouissant trouvera sa place de préférence sur un poignet féminin.


Il n’entre pas moins de 339 gemmes de rubis et saphirs rouges et jaunes ainsi que 84 diamants dans le sertissage de ce bijou qui explose de mille feux. Les connaisseurs apprécieront les différents types de taille des pierres qui épousent parfaitement les courbes du modèle.






Mais certains préféreront peut-être l’originalité moins immédiatement visible de cette GMR (GMT avec indication de la réserve de marche).


Très beau cadran en argent bleui brossé, aiguilles et boîtier en or blanc, cabochon en saphir sur la couronne : rien à dire, c’est du plus beau Voutilainen !


La particularité de ce modèle n’apparaît cependant qu’au verso avec un fond gravé sur or blanc mêlé d’émail turquoise et blanc. La scène représente le duo formé du dieu Triton assisté de la Néréide Cymothoé dont Virgile nous raconte qu’ils venaient au secours des navires en perdition dans les tempêtes.


Encore mieux, il est possible d’ouvrir ce fond pour apprécier le détail du mouvement tout en admirant par transparence la finesse des traits de la sirène.




Cette pièce unique fait désormais partie de la collection EKSO Watches où vous pourrez l’admirer et qui présente d’autres modèles de Kari Voutilainen.

Voici en complément une autre Vingt-8 déjà appréciée au SIHH … Mais comme abondance de biens ne nuit pas, en voici quelques nouvelles illustrations.








Vous trouverez bien d’autres détails sur les collections de Kari sur son site.

Pour Passion Horlogère : Rédaction Luc J. / Photographies Michel H.