Un bon cru que Baselworld cette année ! Devoir lister marques et modèles qui m’ont plu serait compliqué. J'ai donc fait le choix de vous présenter uniquement quatre marques et cinq modèles qui m'ont davantage touché, même si les autres ne déméritent pas pour autant
Honneur à la relève. L’année dernière, je vous avais déjà parlé de la marque Bélier et de son prototype du modèle « Reverse ».  Cette année, Bélier a dévoilé la version définitive (https://www.belier-watches.com).
 
 


Toujours 33 pièces, 11 en or rose, 11 en or blanc et 11 en platine.  Le mouvement manuel à trois dimensions B01-R  possède une réserve de marche de 45 h pour une fréquence de 18000 alt/h. Le diamètre est de 46,4 mm pour une épaisseur de 13,75 mm  
Mais son fondateur Kim Djapri ne s’est pas arrêté en si bon chemin et propose cette année une version sombre en "rhodium black". J'ai particulièrement apprécié l'effet de profondeur qu'apporte cette couleur foncée avec une architecture du mouvement côté cadran.
 
 






Second coup de cœur, une marque que je suis depuis pas mal de temps : Eberhard & Co. La manufacture a été récompensée l’année dernière au Grand Prix d’Horlogerie de Genève pour son Scafograf 300 dans la catégorie Sport. Une récompense plus que méritée.  Bien qu'Eberhard & Co. décline ce modèle en version GMT, cette année, c’est une édition limitée du Chrono 4 pour fêter le 130e anniversaire de la marque qui m’a impressionné : le Chrono 4 130 Édition limitée dans sa version noire.
Comme son nom l’indique, il n’y aura que 130 pièces de ce chronographe mécanique automatique. J’ai adoré à la fois l’architecture et le squelettage du cadran de la version noire qui laisse apparaître la platine et les rouages traités DLC®  grâce à un pont supérieur en verre saphir de quelques dixièmes de millimètre. Le diamètre de 42 mm permet tout de même d'aligner horizontalement les compteurs des minutes, des heures, des 24 heures et des petites secondes.
Fin du fin, le nom du modèle et de la marque figure sur une petite plaque rhodiée fixée par deux vis, à l'image de ce l'on retrouvait sur le premier chronographe de poignet de 1919 de la marque. Superbe !
 
 



Mon coup de cœur de l’exubérance et de la non-conformité ira cette année à Corum qui nous propose de nouveaux modèles Bubble en collaboration avec des artistes. Pour ma part, le modèle « Stop » édité à 88 exemplaires, issu de l’expérience « Customize Your Bubble » m’a juste cloué !
Ce modèle titane est proposé en trois diamètres de 42, 47 et 52 mm. Le proéminent verre saphir bombé est bien évidemment toujours présent, mais s’y ajoute un fond saphir qui permet de contempler le mouvement CO403 de 65 h de réserve de marche.
Et puis honnêtement, le détournement vidéo – bien que très connu  - accompagnant leur nouvelle collection est hilarant :

 
 



Mes deux derniers coups de cœur iront à une marque – en fait deux depuis cette année - qui a une place à part dans mon cœur : Seiko.
Le premier modèle a fait couler beaucoup d’encre sur les forums spécialisés avant son dévoilement : la tribute à la 62MAS, la première montre de plongée de Seiko en 1965. La nouvelle référence SLA017 appartient à la collection Prospex et, j’ose le dire, c’est un coup de maitre. Seiko a su préserver l’esthétisme de l’original – un grand merci à Nobuhiro Kosugi – tout en intégrant les techniques actuelles adaptées à une montre de plongée moderne. Le modèle est limité à 2000 exemplaires monde.  Un must, comme sa grande sœur.
 
 

SLA017 & 62MAS





Le second modèle appartient à l’ancienne collection Grand Seiko devenue cette année une marque à part entière : la réinterprétation moderne de la première Grand Seiko de 1960. Grand Seiko a réinterprété son premier modèle en platine, or et acier en s’inspirant du modèle original. Ce sont les références SBGW251, 252 et 253. Pour ma part, c’est la réinterprétation moderne (SBGR305) qui m’a le plus impressionnée. Tout en gardant l’esprit du modèle de 1960, Grand Seiko a su à mon point de vue apporter une touche moderne (utilisation du titane dur et brillant par exemple). Les flancs en creux de la boîte sont superbes. De plus, Grand Seiko propose sur ce modèle un nouveau mouvement 9S68 avec un guichet de date agrandi et un cadran structuré. Impressionnant !
 
 





Christophe B. pour Passion Horlogère
Crédit photo : Édouard Bierry et Seiko
Avril 2017